Nouvelle

Assemblée générale annuelle du 12 juin 2008



Bonjour et bienvenue à l’assemblée générale de la Fondation du Grand Montréal. Lancée en 2000, la FGM se situe aujourd’hui parmi les fondations communautaires les plus importantes au Canada. À l’instar de l’ensemble des autres fondations, réparties de Halifax à Vancouver, la FGM offre aux Montréalais la possibilité de contribuer à long terme à tous les secteurs de la vie collective, notamment la santé, l’éducation, les services sociaux, les arts et la culture, et l’environnement. 

L’exercice 2007 nous a apporté de bonnes nouvelles, notamment l’arrivée de 17 nouveaux fonds de particuliers et de 17 nouveaux fonds de dotation d’organisme, qui expliquent notre excellente situation actuelle. 

Dans quelques minutes, notre trésorier passera en revue avec vous les résultats financiers de 2007, mais je me permettrai avant cela de vous résumer le travail accompli par la FGM. Je le ferai en vous parlant de quelques organismes et de leurs dirigeants que j’ai rencontrés en compagnie du directeur de notre programme de subventions, Colin Bérubé. Colin travaille en collaboration avec le comité bénévole de subventions, présidé par Dominique McCaughey.

Notre première visite nous a amenés au Centre de services préventifs à l’enfance où nous avons rencontré l’équipe qui accueille les enfants et leurs parents pour une évaluation globale de leurs besoins. Cet organisme, qui vise à prévenir les difficultés de développement et d’adaptation, et à favoriser la réussite scolaire par une intervention en très bas âge, a bénéficié d’une subvention de 10 000 $. Cette somme a contribué à l’organisation d’un camp d’été pour les enfants inscrits à la pré-maternelle dans cinq écoles du quartier Côte-des-Neiges, dans le but de faciliter leur passage de la maison à l’école et favoriser leur apprentissage du français. 

Nous avons ensuite visité Objectif Jeunesse, dans le quartier Saint-Michel, un organisme qui a pour mission de favoriser l’intégration sociale et professionnelle des jeunes de 16 ans et plus. Grâce à un financement de 10 000 $ de la FGM, Objectif jeunesse a développé un projet pour aider sa clientèle à acquérir une première expérience de travail tout en terminant ses études secondaires. Nous avons rencontré trois jeunes participantes au programme qui, visiblement, ont beaucoup retiré de l’expérience, tant sur le plan des compétences que de la motivation scolaire. 

Nous nous sommes aussi rendus dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce pour rencontrer les piliers du Conseil des aînés de NDG, un organisme bénévole qui s’efforce depuis 30 ans d’améliorer la qualité de vie de personnes du troisième âge de NDG et de Montréal-Ouest grâce à des programmes d’action sociale et d’éducation populaire, ainsi qu’à des services d’entraide et de soutien à la maison. On sous-estime trop souvent les conséquences des changements dans la vie des aînés (déménagement, perte d’autonomie, décès de parents ou d’amis), qui les rendent vulnérables à la dépression et à l’isolement. 

Dans Notre-Dame-de-Grâce toujours, nous avons pu constater les résultats d’une démarche de consultation locale menée par Action communiterre, un organisme voué à l'éducation environnementale, à l'agriculture urbaine et à la sécurité alimentaire dans le quartier. La consultation locale avait pour but de stimuler la participation des résidants du quartier à l’élaboration du plan d’aménagement d’un terrain situé à proximité d’une école primaire. Ce terrain a été transformé en jardin collectif où l’on anime des ateliers d’agriculture urbaine, un petit centre de compostage et une petite plantation d’arbres. 

En tant que Montréalais, nous sommes tous fiers de nos réalisations, de nos universités, de nos hôpitaux de quartiers aussi bien qu’universitaires, de nos galeries d’art, de nos orchestres symphoniques, de nos festivals, de nos équipes sportives et de nos installations. Nous sommes des leaders dans plusieurs secteurs économiques, notamment en aéronautique, en pharmacologie et autres industries de haute technologie. Nous vivons dans une société d’affluence. 

Pourtant, en mars dernier, la Direction de la santé publique de Montréal a publié des données qui démontrent que plus de 35 pour cent des enfants montréalais sont mal préparés pour leur entrée à l’école, une proportion qui atteint 42 pour cent dans certains quartiers de la ville. Cette situation est qualifiée de désastre social par le Dr Julien et par d’autres spécialistes, car elle prive le tiers de notre population d’une participation pleine et entière à la société. 

Par le biais de son bilan annuel, la Fondation de Grand Montréal contribue à faire connaître ces données et de nombreuses autres. Mais il nous faut aussi orienter nos interventions et nos ressources disponibles pour corriger ces inégalités criantes. 

S’il est clair que nous ne pouvons nous attaquer à tous les problèmes liés à la pauvreté, nous pouvons par contre contribuer à créer une vie sociale et culturelle riche pour l’ensemble de la population du grand Montréal. La culture étant l’expression des aspirations les plus élevées de l’être humain, notre tissu artistique doit être intimement lié à notre tissu social. C’est pourquoi nous devons soutenir le théâtre, la musique et les arts, afin d’améliorer la vie au sein de la collectivité montréalaise.

En terminant, je tiens à remercier Diane Bertrand et Colin Bérubé pour leur travail remarquable et les nombreuses heures supplémentaires qu’ils ont accepté de faire tout au long de l’année. Tous deux contribuent énormément au succès de notre fondation. La réussite de la FGM revient également en grande partie à Kathleen Weil pour la volonté, la passion et le dynamisme dont elle fait preuve depuis le début dans ses fonctions de présidente et directrice générale.




DONNEZ MAINTENANT

Fonds d'aide pour les réfugiésFaites un don en ligne