Nouvelle

ALLOCUTION D'YVAN GAUTHIER LORS D’UNE CONFÉRENCE DEVANT LA CHAMBRE DE COMMERCE DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN



Chers membres de la Table d’honneur,
 
MADAME LA MINISTRE Weil, nous sommes très heureux de votre présence, d’autant plus que dans un passé pas si lointain, c’est vous qui, en 2006, avez lancé les premiers Signes Vitaux du Grand Montréal à la FGM,
 
Madame Thomassin,   Monsieur Leblanc,  je vous remercie tout d’abord de votre accueil et je  tiens surtout à vous féliciter pour l’engagement de plus en plus  diversifié  de la Chambre dans la grande communauté de Montréal. La Chambre a été la plate-forme de lancement de Je vois Montréal/; elle a participé à la Coalition pour mettre fin à l’itinérance; elle a accepté d’être un des 25 membres de notre comité stratégie dans la  préparation de ces Signes vitaux, et c’est tout à votre honneur,
 
 
DISTINGUÉS INVITÉS DE LA TABLE D’HONNEUR  
Chers membres du conseil d’administration de la FGM et chers membres du comité stratégie des Signes vitaux,
MESDAMES, MESSIEURS,
 
CE QUI SE PASSE ICI CE MATIN, SE PRODUIT AUSSI UN PEU PARTOUT AU CANADA ET MÊME EN EUROPE.
 
EN CE 6 OCTOBRE, À L’ÉCHELLE DU CANADA, 29 FONDATIONS COMMUNAUTAIRES COMME LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL ET 14 FONDATIONS BRITANNIQUES SIMILAIRES PRÉSENTENT LES SIGNES VITAUX DE LEUR COMMUNAUTÉ.
 
VOUS COMPRENDREZ DONC QUE C’EST UNE COÏNCIDENCE SI CETTE PRÉSENTATION SURVIENT CHEZ NOUS DANS LE DERNIER DROIT D’UNE LONGUE CAMPAGNE ÉLECTORALE. ON NE S’EN EXCUSERA PAS. SI NOS PROPOS POUVAIENT TROUVER ÉCHO DANS QUELQUES OREILLES ATTENTIVES PARMI LES CANDIDATS DES DIFFÉRENTS PARTIS, NOUS EN SERIONS HEUREUX. 
 
AUJOURD’HUI, JE VOUS PROPOSE   DE PRENDRE ENSEMBLE LE POULS DU GRAND MONTRÉAL.
 
MAIS ENCORE QUELQUES MOTS DE PRÉSENTATION…
 
DES PUBLICATIONS PÉRIODIQUES COMME CELLE QUE NOUS LANÇONS AUJOURD’HUI FONT PARTIE DES ACTIONS MISES DE L’AVANT PAR CE GRAND MOUVEMENT INTERNATIONAL DES FONDATIONS COMMUNAUTAIRES, UN MOUVEMENT PRÉSENT DANS PLUS DE 60 PAYS. 
 
CE MOUVEMENT TROUVE SON ORIGINE  À CLEVELAND, EN 1914. 
 
ON COMPTE AUJOURD’HUI  1 830 FONDATIONS COMMUNAUTAIRES  DANS LE MONDE. LA PREMIÈRE AU CANADA A VU LE JOUR EN 1921 À WINNIPEG. ET AU QUÉBEC, LA PREMIÈRE A VU LE JOUR À QUÉBEC EN 1993. QUANT À LA FGM, ELLE A VU LE JOUR EN 1999 GRÂCE À L’INITIATIVE DE LEADERS DU MONDE DES  AFFAIRES, D’ORGANISMES COMMUNAUTAIRES ET DE CITOYENS.
 
TOUTES CES FONDATIONS ONT UNE MISSION COMMUNE ET UNE MANIÈRE DE FAIRE COMMUNE.
 
• NOUS INFORMONS ET CONSEILLONS DES MÉCÈNES, DES ENTREPRISES ET DES ORGANISATIONS DÉSIREUSES DE PARTICIPER AU MIEUX-ÊTRE DE LEURS CONCITOYENS EN LEUR INDIQUANT COMMENT ILS PEUVENT AGIR CONCRÈTEMENT DANS LES CAUSES QUI LEUR TIENNENT À CŒUR.
• NOUS RECEVONS LES DONS ET NOUS GÉRONS LES SOMMES QUE CES ENTREPRISES ET PARTENAIRES CONSACRENT À L’ACTION PHILANTHROPIQUE.
• NOUS DISTRIBUONS DES SUBVENTIONS  À DES ORGANISMES CHARITABLES QUI OEUVRENT AU MIEUX-ÊTRE DE LA COMMUNAUTÉ.
• NOUS RESSEMBLONS AINSI À UNE  MINI-CAISSE DE DÉPÔT DE LA GÉNÉROSITÉ, DE L’ENTRAIDE ET DE LA COMPASSION. 
• NOUS LÉGUONS NOS ACTIFS DE GENÉRATION EN GÉNÉRATION DE FAÇON À LES FAIRE FRUCTIFIER ET À AUGMENTER LE SOUTIEN COMMUNAUTAIRE. À TITRE D’EXEMPLE, LA FONDATION DE VANCOUVER A DÉPASSÉ LE CAP DU MILLIARD ET DISTRIBUE PLUS DE 55 M$ ANNUELLEMENT GRÂCE, SIMPLEMENT, AUX REVENUS DE  SES  ACTIFS. 
 
AVEC LA PUBLICATION DES SIGNES VITAUX DU GRAND MONTRÉAL, NOUS METTONS AINSI UN PORTRAIT D’ENSEMBLE DE NOTRE MÉTROPOLE À LA DISPOSITION DE TOUS.
 
NOTRE REGARD EMBRASSE LES 82 MUNICIPALITÉS DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL,  REGROUPÉES EN CINQ  TERRITOIRES : L’ÎLE DE MONTRÉAL, LAVAL, LONGUEUIL ET LES COURONNES NORD ET SUD.
 
VOILÀ POUR VOUS SITUER.
 
***
ENTRONS MAINTENANT DANS LE VIF DU SUJET.
 
COMMENT VA LE GRAND MONTRÉAL?
 
DISONS-LE D’EMBLÉE, DISONS-LE MÊME FIÈREMENT, LA MÉTROPOLE VA BIEN. OUI, MONTRÉAL VA MIEUX.
 
DEPUIS LA DERNIÈRE PUBLICATION DES SIGNES VITAUX DU GRAND MONTRÉAL EN 2012, MONTRÉAL A FAIT DES PAS DE GÉANT.
 
LES CRISES DE GOUVERNANCE, D’ÉTHIQUE ET LES TIRAILLEMENTS ONT FAIT PLACE À UN LEADERSHIP RENOUVELÉ ET PARTAGÉ. 
 
LE GRAND MONTRÉAL EST DE MOINS EN MOINS UNE ABSTRACTION ADMINISTRATIVE ET DE PLUS EN PLUS UN CORPS MÉTROPOLITAIN PLUS COHÉRENT.
 
NOUS AVONS VU LES CITOYENS SE RÉENGAGER DANS LA VIE DE LEUR MÉTROPOLE.
 
NOUS AVONS ÉGALEMENT OBSERVÉ LES PROGRÈS SURVENUS DANS CERTAINS ASPECTS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL.
 
DE FAÇON GÉNÉRALE, ON PEUT DIRE QUE LE CIEL DE MONTRÉAL S’EST ÉCLAIRCI ET QU’ON VOIT LES SIGNES D’UNE CONFIANCE RETROUVÉE.
 
ET C’EST TANT MIEUX, PARCE QUE LES DÉFIS DEMEURENT NOMBREUX ET LES BESOINS AUSSI.
 
***
 
NOUS VIVONS DANS UNE MÉTROPOLE QUI EST GLOBALEMENT EN MUTATION. C’EST LE THÈME CENTRAL DES SIGNES VITAUX DU GRAND MONTRÉAL 2015.
 
CES MUTATIONS SONT DE TOUS LES ORDRES : MUTATIONS DÉMOGRAPHIQUES,  ÉCONOMIQUES,   SOCIALES,   ENVIRONNEMENTALES,   CULTURELLES, ET  SUR  LE PLAN DE L’ÉDUCATION.
 
CES MUTATIONS S’INSCRIVENT DANS UN PROGRÈS GÉNÉRAL, MAIS UN PROGRÈS INÉGAL QUI PERPÉTUE DES FOSSÉS, DES INÉGALITÉS ET PARFOIS DES RECULS.
 
***
 
VOYONS CELA PLUS EN DÉTAIL.
 
COMMENÇONS PAR LES MUTATIONS EN MATIÈRE DE DÉMOGRAPHIE ET D’IDENTITÉ.
 
AU COURS DES 10 DERNIÈRES ANNÉES – DE 2004 À 2014 PLUS PRÉCISÉMENT – LE GRAND MONTRÉAL A CONNU UNE CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE DE 11 %  QU’IL FAUT COMPARER AVEC CELLE DE TORONTO ET DE VANCOUVER QUI ONT AFFICHE POUR LEUR PART UNE CROISSANCE PLUS FORTE, SUPÉRIEURE À 15 % DANS LES DEUX CAS. 
 
DEUX ÉLÉMENTS  DE CETTE CROISSANCE DE NOTRE POPULATION DEPUIS LA FIN DES ANNÉES 2000 SONT À RETENIR :   L’ÎLE DE  MONTRÉAL A LE PLUS FORT TAUX DE NATALITÉ AU QUÉBEC. EN 2014, IL ÉTAIT DE 11,8 % PAR MILLE HABITANTS PAR RAPPORT À 10,7 % DANS L’ENSEMBLE DU QUÉBEC.  MALGRÉ CE TAUX DE NATALITÉ, CETTE CROISSANCE DE LA POPULATION DE LA RÉGION A SURTOUT ÉTÉ EXCENTRIQUE À L’ÎLE DE MONTRÉAL. 
EN D’AUTRES MOTS, PLUS DE 80 % DE LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE DU GRAND MONTRÉAL A ÉTÉ ATTRIBUABLE À L’AUGMENTATION DE LA POPULATION VIVANT À L’EXTÉRIEUR DE L’ÎLE DE MONTRÉAL
 
 
 MAIS AUTRE FACETTE DE CES MUTATIONS DÉMOGRAPHIQUES,, ON VOIT AUSSI UNE PROGRESSION DU SENTIMENT D’APPARTENANCE À LA RÉGION MÉTROPOLITAINE. AINSI, CETTE IMPRESSION D’UNE MEILLEURE COHÉSION DE LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL SE VÉRIFIE JUSQUE CHEZ LES CITOYENS QUI SONT DE PLUS EN PLUS NOMBREUX DANS LES BANLIEUES ET LES COURONNES À S’IDENTIFIER À LA MÉTROPOLE.  FAIT IMPORTANT, ON NE PERÇOIT PLUS LAVAL ET LONGUEUIL COMME DES BANLIEUES, MAIS COMME DES PÔLES QUI CONTRIBUENT AU DÉVELOPPEMENT DE NOTRE MÉTROPOLE.
 
C’EST UN ÉLÉMENT TRÈS POSITIF, QUI NOURRIT NOTRE CAPACITÉ À RELEVER NOS DÉFIS.
 
SI NOTRE POPULATION GRANDIT DE MANIÈRE DYNAMIQUE À L’ÉCHELLE DE LA RÉGION, ON VOIT AUSSI QU’ELLE VIEILLIT.  
 
ENTRE 2001 ET 2014, LE NOMBRE DE JEUNES DE 15 ANS ET MOINS EST PASSÉ DE 18 % À 16 % DE LA POPULATION. PENDANT LA MÊME PÉRIODE, LE  NOMBRE D’AÎNÉS DE PLUS DE 65 ANS A PROGRESSÉ PASSANT DE 12,6 % À 15,4 %.
 
POUR RÉSUMER CETTE ÉVOLUTION, ON PEUT DIRE QUE MONTRÉAL, COMME LE CANADA D’AILLEURS,  COMPTE AUJOURD’HUI À PEU PRÈS AUTANT D’AÎNÉS QUE DE JEUNES.
 
UNE DES CONSÉQUENCES DE CE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION EST L’AUGMENTATION DU NOMBRE DE PERSONNES VIVANT SEULES. LES MÉNAGES D’UNE SEULE PERSONNE FORMENT PRESQUE LE TIERS DES FOYERS DU GRAND MONTRÉAL.
 
DONC LE GRAND MONTRÉAL A UNE POPULATION QUI GRANDIT, SURTOUT À L’EXTÉRIEUR DE L’ÎLE, QUI VIEILLIT, ET QUI VIT DE PLUS EN PLUS LA SOLITUDE AVEC LE RISQUE DE L’ISOLEMENT.
 
***
 
DE CES MUTATIONS DÉMOGRAPHIQUES, PASSONS AUX MUTATIONS ÉCONOMIQUES.
 
LE GRAND MONTRÉAL EST PLUS QUE JAMAIS LE MOTEUR DU QUÉBEC. 
 
SON PIB REPRÉSENTE 53,4 % DE CELUI DU QUÉBEC, ALORS QUE LE  PIB DE LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE TORONTO REPRÉSENTE 30 % DE CELUI DE L’ONTARIO.
 
ON DIT AUSSI QUE LE GRAND MONTRÉAL REPRÉSENTE 49 % DE LA POPULATION DU QUÉBEC, PLUS DE 50 % DES RECETTES FISCALES ET 75 % DES BREVETS D’INVENTION.
 
MONTRÉAL, C’EST AUSSI UNE ÉCONOMIE BIEN DIVERSIFIÉE AVEC DES CRÉNEAUX D’EXCELLENCE QUI FONT PÂLIR D’ENVIE EN AMÉRIQUE DU NORD, NOTAMMENT : 
LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION : 93 000 EMPLOIS;
LES SCIENCES DE LA VIE : 45 000 EMPLOIS;
LA LOGISTIQUE ET LES TRANSPORTS : 43 700 EMPLOIS;
LES SERVICES FINANCIERS 100 000 EMPLOIS;
ET L’INDUSTRIE AÉROSPATIALE      MONTRÉAL REPRÉSENTE 60 % DE L’INDUSTRIE CANADIENNE.
 
NOTRE MÉTROPOLE A UN POTENTIEL ÉCONOMIQUE EXTRAORDINAIRE.
 
LE GRAND MONTRÉAL EST CONCURRENTIEL À PLUSIEURS ÉGARDS DE LA VIE ÉCONOMIQUE. IL VIENT PAR EXEMPLE AU PREMIER RANG DES GRANDES MÉTROPOLES NORD-AMÉRICAINES AU CHAPITRE DES COÛTS D’EXPLOITATION ET DU FARDEAU FISCAL DES ENTREPRISES.
 
MONTRÉAL CONTINUE À SE HISSER DE PLUS EN PLUS HAUT SUR LA LISTE DES GRANDES PLACES FINANCIÈRES DU MONDE, FIGURANT MAINTENANT AU 18e RANG DES 81 PRINCIPAUX CENTRES FINANCIERS DU MONDE.
 
UN MOT SUR LES SIÈGES SOCIAUX. IL EST VRAI QUE MONTRÉAL EN A VU PARTIR PLUSIEURS AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES. MAIS NOTRE MÉTROPOLE CONSERVE UNE GRANDE INFLUENCE SUR LA SCÈNE ÉCONOMIQUE. MONTRÉAL COMPTE AINSI 400 SIÈGES SOCIAUX; PARMI CEUX-LÀ, 75 SONT LA TÊTE DE PONT D’ENTREPRISES QUI SE RANGENT PARMI LES 500 PLUS IMPORTANTES AU CANADA.
 
PAR AILLEURS, NOUS NOUS RENDONS COMPTE AUSSI DE PHÉNOMÈNES NOUVEAUX DANS NOTRE ÉCONOMIE, SOURCES DE MUTATIONS À VENIR.
 
LE DYNAMISME DE L’ÉCONOMIE SOCIALE, PAR EXEMPLE. CELUI-CI SE TRADUIT PAR 60 000 EMPLOIS ET PLUS DE DEUX MILLIARDS DE REVENUS.
 
CE QU’ON APPELLE L’ÉCONOMIE DU PARTAGE A AUSSI FAIT SON APPARITION CHEZ NOUS COMME AIRBNB ET D’AUTRES QUI BOUSCULENT LES SECTEURS TRADITIONNELS. CETTE ÉCONOMIE ÉTAIT INEXISTANTE IL Y A TROIS ANS.
  
MAIS SI MONTRÉAL EST QUELQUE CHOSE COMME UN PETIT GÉANT ÉCONOMIQUE, C’EST AUSSI UN GÉANT AUX PIEDS D’ARGILE. PAUSE
 
VOUS CONNAISSEZ LES FRAGILITÉS DE NOTRE ÉCONOMIE.
 
LA CROISSANCE DU PIB DE MONTRÉAL EST PLUS FAIBLE QUE CELLE DES AUTRES MÉTROPOLES CANADIENNES.
 
LE TAUX DE CHÔMAGE CONTINUE D’ÊTRE PLUS ÉLEVÉ.
LE REVENU DISPONIBLE DES CITOYENS EST PLUS FAIBLE. 
 
L’INDICE DE FRAGILITÉ DE NOS ENTREPRISES EST PLUS GRAND. LE TAUX DE FAILLITES À MONTRÉAL ÉTAIT DE 3,4 POUR 1 000 ENTREPRISES EN 2013; C’EST UN ÉCART QUI EST SUPÉRIEUR  DE 2,2 POINTS PAR RAPPORT À LA MOYENNE CANADIENNE.
 
LE SUCCÈS ÉCONOMIQUE DE  TOUTE SOCIÉTÉ EST BIEN SÛR DIRECTEMENT TRIBUTAIRE DU SAVOIR DE SES CITOYENS. 
 
MONTRÉAL EST LA DEUXIÈME VILLE UNIVERSITAIRE D’AMÉRIQUE DU NORD, DERRIÈRE BOSTON, LA PREMIÈRE AU CANADA AVEC 170 000 ÉTUDIANTS, DONT 20 000 ÉTUDIANTS ÉTRANGERS. VOILÀ UN ÉLÉMENT TRÈS POSITIF. 
 
NÉANMOINS, MONTRÉAL VILLE UNIVERSITAIRE COMPTE ENCORE UN NOMBRE  MOINS  ÉLEVÉ DE DIPLÔMÉS UNIVERSITAIRES DANS SA POPULATION QUE DANS D’AUTRES GRANDES MÉTROPOLES. 
 
MAIS CE NOMBRE AUGMENTE. LE NOMBRE DE DIPLÔMÉS UNIVERSITAIRES A DOUBLÉ DEPUIS 1990.
LES MUTALIONS  SONT TOUTEFOIS PLUS LENTES EN MATIÈRE DE RÉUSSITE SCOLAIRE. L’ÎLE DE MONTRÉAL DEMEURE SOUS LA MOYENNE QUÉBÉCOISE EN CE QUI CONCERNE L’OBTENTION D’UN DIPLÔME DE SECONDAIRE V. LAVAL FAIT MIEUX QUE MONTRÉAL ET LA RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE, ENCORE MIEUX.
 
LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE EST TOUJOURS UN ENJEU MAJEUR SUR L’ÎLE DE MONTRÉAL, MÊME SI ON PARVIENT À RESCAPER DE PLUS EN PLUS DE JEUNES ET QUE LE TAUX BAISSE.  
 
ON DEVRAIT AINSI FAIRE DAVANTAGE LA PROMOTION DES MÉTIERS SUR L’ÎLE. C’EST LA MEILLEURE FAÇON D’OUVRIR LES PORTES DE L’AVENIR À DES JEUNES QUE LES ÉTUDES INTÉRESSENT PEU.  SEULEMENT 14,4 % DES JEUNES ÉTAIENT INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE AU SECONDAIRE SUR L’ÎLE DE MONTRÉAL COMPARATIVEMENT À 24 %  DANS L’ENSEMBLE DU  QUÉBEC EN 2013. 
 
ON CONFIE D’ÉNORMES  RESPONSABILITÉS À NOS ÉCOLES : ELLES  SONT  AFFECTÉES PAR DES ENJEUX DE PAUVRETÉ, DES PROBLÈMES DE SANTÉ ET  DES DIFFICULTÉS D’INTÉGRATION.  À CET ÉGARD, SAVIEZ-VOUS, QU’AUJOURD’HUI, PLUS DE 50 % DES ÉLÈVES DE NOS ÉCOLES SONT NÉS À L’ÉTRANGER OU NÉS ICI DE DEUX PARENTS PROVENANT DE L’ÉTRANGER?
 
***
 
JE VAIS M’ÉTENDRE UN PEU PLUS SUR LA QUESTION DE L’IMMIGRATION COMME TRAIT-D’UNION ENTRE LES MUTATIONS DÉMOGRAPHIQUES ET ÉCONOMIQUES.
 
LA DIVERSITÉ DE MONTRÉAL EST UNE DE SES FORCES, UNE DE SES RICHESSES, LE MEILLEUR MOYEN DE CONTREBALANCER LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION. NOUS EN AVONS BESOIN.
 
ET L’IMMIGRATION EST D’ABORD UN PHÉNOMÈNE MONTRÉALAIS.
 
EN 2011, 86,8 % DES NOUVEAUX ARRIVANTS AU QUÉBEC ONT CHOISI MONTRÉAL.  À TITRE COMPARATIF, 70,3 % DES NOUVEAUX ARRIVANTS EN ONTARIO ONT CHOISI TORONTO.
 
CE N’EST DONC PAS UNE IMPRESSION : LE QUÉBEC TERRE D’ACCUEIL COSMOPOLITE SE RÉSUME ESSENTIELLEMENT À MONTRÉAL. 
 
OR, LE TAUX DE CHÔMAGE DES IMMIGRANTS DEMEURE PLUS IMPORTANT  À MONTRÉAL.
 
 
 
 NOTRE  SITYUATION  ÉCONOMIQUE ET SOCIALE EXIGE QUE NOUS SACHIONS INTÉGRER LES CITOYENS ISSUS DE L’IMMIGRATION AU MARCHÉ DE L’EMPLOI.
 
*** 
 
DANS NOTRE MÉTROPOLE EN MUTATION,  LA PAUVRETÉ ET LA DÉTRESSE PRENNENT PLUSIEURS VISAGES ET ILS CHANGENT.
 
EN 2011, SUR L’ÎLE DE MONTRÉAL, 40 % DES LOCATAIRES, SOIT 210 000 MÉNAGES, ONT CONSACRÉ PLUS DE 30 % DE LEURS REVENUS AU PAIEMENT DE LEUR LOYER.
 
EN 2014, POUR 50 000 MÉNAGES, LE POIDS DU LOYER ÉTAIT TEL, QU’ILS SE SONT PRIVÉS DE NOURRITURE.
 
DANS LE GRAND MONTRÉAL, EN 2010, PLUS DE 145 000 PERSONNES ONT EU RECOURS À DES BANQUES ALIMENTAIRES, CE QUI REPRÉSENTE PLUS DE 90% DES UTILISATEURS DE BANNQUES ALIMENTAIRES DE TOUT LE QUÉBEC.
 
ET CETTE TRÈS GRANDE VULNÉRABILITÉ EST VÉCUE PAR UN NOMBRE CROISSANT D’IMMIGRANTS. ENTRE 2008 ET 2013, LE NOMBRE D’IMMIGRANTS RECOURANT AUX BANQUES ALIMENTAIRES A AUGMENTÉ DE 11,8 %.
 
MALGRÉ CES STATISTIQUES TROUBLANTES, LA PAUVRETÉ RECULE ET LES DANS L’ENSEMBLE, LES INÉGALITÉS SOCIALES SONT MOINDRES PAR RAPPORT AUX AUTRES GRANDES RÉGIONS MÉTROPOLITAINES DU CANADA ET DES ÉTATS-UNIS.
 
MAIS ON DOIT SE RAPPELER QU’ELLE  EST TOUJOURS AUSSI CRUELLE POUR CEUX QUI LA SUBISSENT.
 
SUR LE PLAN DE LA SÉCURUITÉ, NOTRE MÉTROPOLE EST GLOBALEMENT PAISIBLE. EN MATIÈRE D’HOMICIDES, ELLE SE CLASSE AU 36e RANG PARMI 38 RÉGIONS MÉTROPOLITAINES. 
 
 
MAIS LA VIOLENCE EST PRÉSENTE CHEZ NOUS ET ELLE PREND UNE FORME ABSOLUMENT ALARMANTE.
 
EN 2013, LE TAUX DE VIOLENCE FAMILIALE PAR 100 000 HABITANTS ÉTAIT DE 281,5 À MONTRÉAL. 
 
L’ÉCART AVEC TORONTO ET VANCOUVER EST ÉNORME : 174,8 À TORONTO; 159,6 À  VANCOUVER. À MONTRÉAL, JE LE RÉPÈTE, LE TAUX EST DE 281,5.
 
ON VA SE DIRE LES CHOSES SANS DÉTOUR : MONTRÉAL A UN PROBLÈME SÉRIEUX DE VIOLENCE FAMILIALE.
 
ET CE PROBLÈME N’A PAS D’ÂGE. LA VIOLENCE FAMILIALE TOUCHAIT AUSSI 57,7 PERSONNES ÂGÉES SUR 100 000.
 
ENCORE LÀ, MONTRÉAL SE COMPARE DÉSAVANTAGEUSEMENT AUX AUTRES GRANDES VILLES CANADIENNES. 
 
IL FAUT EN FAIRE UNE PRIORITÉ SUR LE PLAN DE L’INTERVENTION SOCIALE.
 
ET ON PEUT AGIR.
 
JE PRENDS L’ITINÉRANCE À TITRE D’EXEMPLE.
 
MONTRÉAL S’EST DONNÉ UN PLAN POUR ENRAYER L’ITINÉRANCE. CE PLAN FAIT APPEL À UNE COLLABORATION  EN ÉVOLUTION  ENTRE LA VILLE, DES ORGANISMES DU MILIEU ET LE GOUVERNEMENT. IL S’APPUIE AUSSI SUR UN PARTENARIAT ENTRE DES PHILOSOPHIES D’ENTRAIDE FRANCOPHONES ET ANGLOPHONES.
 
 
MAIS NOUS NOUS SOMMES MOBILISÉS AFIN  D’AMÉLIORER  CES SITUATIONS,  ET NOUS POUVONS ESPÉRER QUE PERSONNE NE DORMIRA DANS LA RUE BIENTÔT À MONTRÉAL.
 
SI ON S’Y MET, NOUS POUVONS AGIR SUR LA DÉTRESSE SOUS TOUTES SES FORMES. 
 
ET UN DES MOYENS D’Y ARRIVER, C’EST DE FACILITER L’ACCÈS À UN MÉDECIN. 
 
À L’HEURE ACTUELLE, C’EST DIFFICILE, ET C’EST DIFFICILE DEPUIS LONGTEMPS.
 
SUR L’ÎLE DE MONTRÉAL, ENTRE 2003 ET 2014, LA SITUATION EST RESTÉE DÉSESPÉRÉMENT STABLE : UN MONTRÉALAIS DE MOINS DE 12 ANS SUR TROIS N’ÉTAIT PAS SUIVI PAR UN MÉDECIN DE FAMILLE.
 
***
 
DÉPLAÇONS NOTRE PROJECTEUR.
 
NOTRE MÉTROPOLE, ON LE DIT SOUVENT ET FIÈREMENT, EST UNE MÉTROPOLE CULTURELLE ET CRÉATIVE. L’IMPORTANCE  ÉCONOMIQUE DE LA CULTURE  EST CROISSANTE. EN 2013, LES ARTS ET LA CULTURE ONT GÉNÉRÉ DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE 7,4 MILLIARDS DE DOLLARS DANS LA MÉTROPOLE. C’EST UNE AUGMENTATION DE 12 % PAR RAPPORT À 2005. DES 10 JEUX VIDÉO LES PLUS VENDUS AU MONDE, CINQ  ONT ÉTÉ CONÇUS À MONTRÉAL.  
 
LES  MUTATIONS NUMÉRIQUES  SONT  DEVENUES UN ENJEU INCONTOURNABLE QUI TRANSFORME LA CRÉATION ET LA CONSOMMATION CULTURELLE À L’ÉCHELLE MONDIALE. DEPUIS LES 10 DERNIÈRES ANNÉES, LA PART DU NUMÉRIQUE SUR LE MARCHÉ DES VENTES AU DÉTAIL D’ENREGISTREMENTS AUDIO EST PASSÉE DE 1 % À 35 %.
 
 UNE AUTRE MUTATION IMPORTANTE, C’EST  LA PLUS  DIFFUSION DE  SPECTACLES PAR LES SALLES   DE L’EXTÉRIEUR DE L’ÎLE DE MONTRÉAL.            
 
LE CŒUR DE MONTRÉAL DEMEURE L’ÉPICENTRE CULTUREL DE LA MÉTROPOLE, MAIS LES ARTS ET LA CULTURE SONT DIFFUSÉS À PLUS GRANDE ÉCHELLE DANS L’ENSEMBLE DU GRAND MONTRÉAL. 
 
***
 
JE TERMINERAI AVEC UNE DERNIÈRE MUTATION. ET LORSQU’ON PARLE DE MUTATION, IL EST QUESTION ICI D’UNE MUTATION QUI TARDE À SE FAIRE .
 
ET JE VEUX PARLER DE L’ENVIRONNEMENT.
 
 
DE 2008 À 2013, LA CROISSANCE DU PARC AUTOMOBILE DANS LE GRAND MONTRÉAL A ÉTÉ DEUX FOIS PLUS RAPIDE QUE LA CROISSANCE DE LA POPULATION : 11,4 % PLUS D’AUTOS CONTRE 5,1 % PLUS DE CITOYENS.
 
 
C’EST DIRE QUE MALGRÉ TOUT LE BATTAGE PUBLICITAIRE SUR LE TRANSPORT EN COMMUN, MALGRÉ LA CONGESTION ROUTIÈRE QUI EMPIRE ET NOUS COÛTE COLLECTIVEMENT AU BAS MOT 1,4 MILLIARD DE DOLLARS PAR ANNÉE, IL Y A TOUJOURS PLUS D’AUTOS À MONTRÉAL.
 
CELA NOUS DIT DEUX CHOSES : D’ABORD QUE LES GRANDS-MONTRÉALAIS SONT FORTEMENT ATTACHÉS À LEUR VOITURE COMME MODE DE VIE, MAIS AUSSI QUE L’OFFRE DE TRANSPORT EN COMMUN NE CONSTITUE TOUJOURS PAS UNE SOLUTION DE RECHANGE VALABLE.
 
IL FAUT Y VOIR L’AMPLEUR DU DÉFI QUE REPRÉSENTE LA GESTION DES TRANSPORTS À MONTRÉAL ET L’IMPORTANCE DU COUP DE BARRE QU’IL FAUT DONNER, AUTANT POUR AMÉLIORER LES SERVICES DE TRANSPORT EN COMMUN QUE POUR CHANGER LES HABITUDES DE VIE DES CITOYENS.
 
D’AILLEURS, ANNÉE APRÈS ANNÉE, LA SITUATION DE LA QUALITÉ DE L’AIR À MONTRÉAL DEMEURE PROBLÉMATIQUE. EN 2014,  ON A COMPTÉ PLUS DE 64 JOURS DE MAUVAISE QUALITÉ DE L’AIR SUR L’ÎLE DE MONTRÉAL, UNE AUGMENTATION DE 20 % COMPARATIVEMENT À L’ANNÉE PRÉCÉDENTE. 
 
***
 
MESDAMES, MESSIEURS,
 
JE SUIS BIEN CONSCIENT QUE JE VOUS AI LANCÉ UNE AVALANCHE DE STATISTIQUES AU COURS DES DERNIÈRES MINUTES.
 
C’ÉTAIT INCONTOURNABLE DANS LES CIRCONSTANCES.
 
SI QUELQUES-UNES D’ENTRE ELLES ONT PU RETENIR VOTRE ATTENTION OU FRAPPER VOTRE IMAGINATION, J’EN SERAI HEUREUX.
 
EN PARCOURANT CES SIGNES VITAUX DU GRAND MONTRÉAL, J’AI SURTOUT VOULU VOUS DÉCRIRE SUCCINCTEMENT LA RÉALITÉ COMPLEXE DE NOTRE GRANDE MÉTROPOLE QUI COMBINE DES FORCES ET DES FAIBLESSES ET AVANCE EN REMPORTANT DES VICTOIRES ET EN RELEVANT DES DÉFIS. 
 
NOUS FORMONS TOUS ENSEMBLE LA 2e MÉTROPOLE EN IMPORTANCE AU CANADA; NOUS AVONS SU BÂTIR UNE ÉCONOMIE BIEN DIVERSIFIÉE, DONT NOUS CONNAISSONS BIEN LES LACUNES. NOTRE MÉTROPOLE EST UNE FORCE CULTURELLE D’ENVERGURE INTERNATIONALE ET ELLE SE NOURRIT D’ABORD DE L’ÉNERGIE DE SES GENS, QUI SONT DE PLUS EN PLUS NOMBREUX À S’IDENTIFIER À MONTRÉAL.  
 
TOUT CELA PARTICIPE À CETTE CONFIANCE RETROUVÉE DE NOTRE MÉTROPOLE.
 
MAIS SI LE VENT SOUFFLE DU BON CÔTÉ, ON NE DOIT SURTOUT PAS FERMER LES YEUX, PARCE QUE LE TRAVAIL À FAIRE DEMEURE ÉNORME.
 
POUR MOI, L’IMPORTANT N’EST PAS QUE VOUS RETENIEZ UNE STATISTIQUE OU UNE AUTRE, VOUS AUREZ TOUT LE LOISIR DE PARCOURIR NOTRE DOCUMENT À TÊTE REPOSÉE.
 
L’IMPORTANT EST QUE VOUS PRENIEZ CONSCIENCE DU POUVOIR QUE VOUS AVEZ.
 
VOUS POUVEZ CHANGER LES CHOSES.
 
NOS GOUVERNEMENTS EN ONT PLEIN LES BRAS. AVEC DES MOYENS LIMITÉS ET UNE HABILETÉ VARIABLE, ILS FONT CE QU’ILS PEUVENT. 
 
NOUS AVONS COMME SOCIÉTÉ, COMME CITOYENS, UN PAS À FAIRE. NOUS DEVONS NOUS DÉTACHER DE CETTE HABITUDE QUI NOUS A AMENÉS À DÉLÉGUER LA SOLIDARITÉ AUX GOUVERNEMENTS.
 
ET CETTE HABITUDE APPARTIENT DE PLUS EN PLUS AU PASSÉ. LES QUÉBÉCOIS, LES MONTRÉALAIS, SONT DE PLUS EN PLUS ACTIFS SUR LE PLAN SOCIAL, DE PLUS EN PLUS ENGAGÉS DANS LA COMMUNAUTÉ. LA PHILANTHROPIE EST EN CROISSANCE. LA NOTION DE RESPONSABILITÉ SOCIALE DES ENTREPRISES PROGRESSE.
 
C’EST ENCOURAGEANT.
 
LA SOLUTION AUX GRANDS DÉFIS DE NOTRE MÉTROPOLE ET DE NOTRE ÉPOQUE PASSE PAR LE TRIOMPHE D’UNE IDÉE QUI EST CELLE DE LA RESPONSABILITÉ PARTAGÉE. 
GOUVERNEMENTS, CITOYENS, ENTREPRISES, ORGANISMES DU MILIEU : NOUS FAISONS TOUS PARTIE DE LA SOLUTION.
 
NOUS SOMMES À L’ÈRE DES PARTENARIATS ET DES MAINS TENDUES.
 
SI LE SUCCÈS D’UNE MÉTROPOLE SE MESURE À SA CAPACITÉ DE SE DÉVELOPPER , CE AVEC QUOI NOUS SOMMES PARFAITEMENT D’ACCORD, IL SE MESURE AUSSI, ET PEUT-ÊTRE MÊME SURTOUT, À SA CAPACITÉ DE FAIRE RECULER LA DÉTRESSE ET PROGRESSER L’ESPOIR.
 
C’EST L’AMBITION QUI DOIT NOUS RÉUNIR.
 
MONTRÉAL VA BIEN. MONTRÉAL VA MIEUX. MAIS AVEC VOTRE ENGAGEMENT, MONTRÉAL POURRA FAIRE ENCORE MIEUX.
 


JE VOUS REMERCIE DE VOTRE ATTENTION.




DONNEZ MAINTENANT

Fonds d'aide pour les réfugiésFaites un don en ligne