Programme d'initiatives communautaires 2019

Programme d'initiatives communautaires 2019

Période de dépôt : du 4 décembre 2018 au 29 janvier 2019

Subventions maximales de 15 000 $

Les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU ont servi de cadre de recherche pour l’édition spéciale 2017 des Signes vitaux consacrée aux enfants et réalisée par la Fondation du Grand Montréal (FGM). Ces objectifs visent à définir un programme de développement qui soit à la fois équitable et durable sur les plans social, économique et environnemental.

La FGM entend agir sur les enjeux majeurs ciblés par les ODD en se concentrant sur les objectifs suivants dans la région du Grand Montréal :
ODD 2 – FAIM « ZÉRO »
food
La FGM vise à appuyer des activités en lien avec la sécurité alimentaire.
  • 11 % des ménages montréalais sont confrontés à une insécurité alimentaire « modérée ou grave », c’est-à-dire que la qualité ou la quantité des aliments qu’ils consomment est inadéquate, notamment en raison d’un manque d’argent; ce pourcentage est supérieur à celui qui prévaut au Québec et au Canada (8 %).
  • Plus du tiers de ceux qui ont recours aux banques alimentaires sont des enfants de moins de 18 ans.
  • 46 % des élèves du secondaire dans le Grand Montréal ne prennent pas de petit-déjeuner avant d’aller à l’école, comparativement à 38 % à l’échelle du Québec.
ODD 3 – BONNE SANTÉ ET BIEN-ÊTRE
Santé
La FGM vise à appuyer des activités en lien avec la santé mentale des enfants, plus particulièrement en ce qui touche l’anxiété.
  • Selon une enquête de Statistique Canada menée à Montréal en 2013-2014, 19 % des jeunes de 15 à 19 ans (soit 14 % des garçons et 25 % des filles) ont signalé un niveau élevé de stress au quotidien.
  • 77 % des adolescents de 12 à 19 ans estimaient leur santé mentale « très bonne » ou « excellente » dans la région métropolitaine de recensement de Montréal. Les garçons étaient plus susceptibles que les filles de qualifier leur santé mentale de « très bonne » ou « excellente ».
ODD 4 – ÉDUCATION DE QUALITÉ
scolaire
La FGM vise à appuyer des activités favorisant la réussite scolaire.
  • Le taux de diplomation des jeunes ayant commencé leur secondaire en 2008 à Montréal était de 73 % six ans plus tard (comparativement à 75 % à l’échelle du Québec).
  • Cinq ans après l’entrée au secondaire, les taux de diplomation passent à 66 % au Québec et 61 % à Montréal (comparativement à un taux de diplomation après cinq ans de 85 % en 2015 en Ontario et dans les écoles du Conseil scolaire du district de Toronto).
  • Le taux de diplomation des élèves considérés handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage est nettement inférieur à celui des autres élèves.
  • Le taux de décrochage scolaire chez les jeunes du secondaire dans les écoles publiques de Montréal a atteint 20,8 % en 2012-2013, ce qui constitue une amélioration de 4,2 points de pourcentage par rapport à 2008-2009; il reste néanmoins supérieur à la moyenne de la province, qui est de 17,8 %.
  • Le décrochage scolaire toucherait davantage les filles montréalaises que celles du reste du Québec.
ODD 11 – VILLES ET COMMUNAUTÉS DURABLES
Environnement
La FGM vise à soutenir des activités favorisant un environnement sain.
  • Entre 2015 et 2016, le nombre de jours où l’air était de mauvaise qualité a diminué de 60 % à Montréal, passant de 64 à 29 jours.
  • Chez les enfants, l’exposition à la fumée du tabac expliquerait 13 % de la prévalence de l’asthme à vie, 7 % de la prévalence des infections respiratoires et 6 % de la prévalence de la rhinite saisonnière (ou rhume des foins).
  • Environ 40 % des enfants montréalais vivent dans un secteur dont le point central est à moins d’un kilomètre d’une infrastructure sportive ou de loisirs.
  • Les écoles montréalaises se démarquent par la proximité de pistes cyclables et le potentiel piétonnier des quartiers où elles se trouvent.
ODD 16 – PAIX, JUSTICE ET INSTITUTIONS EFFICACES
Violence
La FGM vise à appuyer des activités qui favorisent l’inclusion et la non-violence.
  • Pas moins de 1 852 victimes de violence familiale se sont rapportées à la police chez les moins de 18 ans dans la région métropolitaine de recensement de Montréal en 2015. Cela représente un taux de 282 cas pour 100 000 chez les filles et de 199 cas pour 100 000 chez les garçons. Ces taux sont parmi les plus élevés lorsqu’on compare Montréal à d’autres régions métropolitaines du Canada.
  • D’après l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire menée en 2010-2011, 40 % des élèves du secondaire à Montréal ont déclaré avoir été victimes d’au moins une forme de violence, que ce soit à l’école, sur le chemin de l’école ou par voie de cyberintimidation; ce taux est de 36 % pour l’ensemble du Québec.
  • Les garçons sont proportionnellement plus nombreux que les filles à se déclarer victimes de violence interpersonnelle (48 % contre 33 %).
  • Les filles sont deux fois plus susceptibles que les garçons de se déclarer victimes de violence psychologique ou sexuelle dans leurs relations amoureuses.




INFORMATION GÉNÉRALE

Vitrine de vos actionsSignesvitaux 2017

DONNEZ MAINTENANT

Fonds d'aide pour les réfugiésFaites un don en ligne